Gaston REBBUFAT

L'office de tourisme possède un piolet qui a appartenu à Gaston REBUFFAT

Durant mon enfance, mes parents m'emmenaient toujours à Rians, dans le Haut-Var, où mon père était né, et où mes grands-parents étaient paysans.
D'eux, mon père avait hérité l'habitude et le plaisir de se lever de bonne heure.
Nous marchions dans l'intimité de la nuit, puis nous assistions au lever du jour; ainsi nous arrivions à la "campagne" : quelques cyprès, un puits, les cultures étagées au-dessus des murs en pierres sèches... Le soleil s'élevait au-dessus de la colline..."

Gaston Rébuffat (né le 7 mai 1921 à Marseille et mort le 1er juin 1985 à Paris) est un alpiniste français, membre notamment de l'expédition française à l'Annapurna de 1950.

Gaston Rébuffat découvre l'escalade dans les Calanques de Marseille (notamment l'escalade artificielle avec piton, mousqueton et étrier), puis à 16 ans il s'inscrit au CAF (section Haute Provence) où il découvre la haute montagne et fait la connaissance d'Henri Moulin qu'il considère comme « son grand frère de l'alpinisme ». Il découvre ensuite les Alpes et le massif du Mont-Blanc qui devient son jardin de jeux.

« Pendant des années, tandis que j'habitais Marseille, j'ai rêvé d'ascensions. Chaque hiver, j'attendais le mois de juillet avec impatience. Enfin, c'était le départ pour Ailefroide ou pour Chamonix. Je passais quelques journées sur les cimes, puis, un an encore, il me fallait attendre. Alors, un jour, décidant de vivre en montagne, je devins guide. »

En 1940, il s'engage à Jeunesse et Montagne où il rencontre Lionel Terray avec qui il va devenir ami. C'est dans le Centre École Jeunesse et Montagne du Valgaudemar que la passion des montagnes s'ancre profondément en lui. Il déménage ensuite pour Chamonix où il travaille dans la ferme de son ami Lionel Terray, en attendant d'être coopté à la Compagnie des guides de Chamonix1.

En 1942, Gaston Rébuffat réussit son brevet de guide de haute montagne malgré son jeune âge (21 ans alors que l'âge requis était de 23 ans). Il poursuit alors son activité de moniteur à Jeunesse et Montagne, et en 1944 devient instructeur à l'École Nationale d'Alpinisme, ainsi qu'à l'École militaire de haute montagne. En juin 1945, Gaston Rébuffat intègre la prestigieuse Compagnie des guides de Chamonix sous la tutelle d'Alfred Couttet. Il devient alors le troisième « étranger » de la Compagnie, après Roger Frison-Roche et Édouard Frendo, alors que, traditionnellement, il fallait être né dans la vallée pour y entrer. Modeste skieur, il est guide à la belle saison, mais au lieu d'être moniteur de ski l'hiver, il s'essaye à l'écriture1.

« Je pris possession de mon métier de guide (...) Il me sembla devenir tout à fait le capitaine de mon existence. »

« Je comprends mieux la raison qui nous pousse vers les grandes voies et les ultimes premières : ne pas se contenter de mettre les pieds dans les traces creusées par l'effort des pionniers. Être digne de l'héritage. »

En 1958, il est le réalisateur dédié à la montagne dans le film de Walt Disney Pictures, Le Troisième Homme sur la montagne (1959), tourné à Zermatt en Suisse, au pied du Cervin2.

Il fut un hôte assidu de Sainte-Maxime, dans sa villa du bord de mer à l'entrée du port.

La tombe de Gaston Rebuffat dans le cimetière de Chamonix-Mont-Blanc

Un an avant sa mort d'un cancer, en 1984, il est décoré Officier de la Légion d'honneur.

Gaston REBBUFAT